FIV, don d’ovules et maternité de substitution. Tout ce que vous devez savoir des spécialistes de Biotexcom

Le problème de l’infertilité affecte de plus en plus de couples mariés dans le monde y compris la Roumanie.
Oleg est le cadre supérieur de la clinique de médecine de la reproduction Biotexcom et Olga, le cadre supérieur du département roumain, ont accepté de se rencontrer avec nous aujourd’hui et de discuter des questions sur les caractéristiques de la FIV, le don d’ovules et la maternité de substitution. Nous espérons que les lecteurs de notre site recevrons desprecopii.com beaucoup d’informations utiles pour eux-mêmes, voire trouverons une solution à un problème qui les empêche depuis longtemps de concevoir un enfant.
 
Correspondant: Le fait est que j’ai découvert l’existence de la clinique Biotexcom sur le forum sur l’infertilité – «Desprecopii». Pourriez-vous nous parler en détail et en termes simples de Biotexcom et nous dire quel est le but de votre séjour à Bucarest?

Oleg: Biotexcom, est une grande entreprise dont le siège est à Kiev, qui a une longue histoire, avec plus de 400 employés qui luttent contre l’infertilité depuis 10 ans et aident nos patients. Nous coopérons avec de nombreux pays, tels que: l’Italie, la Roumanie, la France, l’Allemagne, les États-Unis, la Grande-Bretagne et beaucoup d’autres.

Olga: Il existe des cliniques et des laboratoires en Belgique et en Italie, avec lesquels Biotexcom collabore. Nous avons commencé à travailler avec la Roumanie il y a huit ans. Il est à noter qu’ici, les gens sont plutôt sceptiques quant à la maternité de substitution, car pour le moment il n’y a pas de la loi claire permettant ou interdisant ce processus.

Oleg: Nous avons commencé avec une petite clinique, et nous nous sommes développés au fil des ans, et continuons à le faire, maintenant Biotexcom est une entreprise au sens large du terme, avec sa logistique, ses cliniques, son logement, aussi ses propres voitures et chauffeurs. Nous fournissons tout dont nos patients ont besoin, depuis le moment où ils nous ont contactés jusqu’au moment où le couple a quitté notre pays avec l’enfant dont il rêvait.
L’entreprise promeut également la vie saine en pratiquant le sport puisque nous sponsorisons des équipes ukrainiennes de jiu-jitsu et des athlètes en les aidant à atteindre de très bons résultats sportifs et à créer une bonne carrière.
Vous pouvez trouver de nombreuses informations sur notre site Web, ainsi que sur Internet. Une fois, les journalistes d’Euronews sont venus dans notre clinique avec une caméra cachée et ont filmé différents moments que vous pouvez trouver sur YouTube. L’Espagne nous appelle “Utérus d’Europe”. L’expérience des couples qui pendant longtemps n’ont pas pu avoir d’enfants et qui ont trouvé une solution dans notre clinique, a été également publiée sur des forums. Chaque couple fait partie de l’histoire de notre clinique, et pour chacun nous montrons non seulement le professionnalisme, mais aussi le soutien moral.

Correspondant: L’un des services de la clinique – la FIV (fécondation in vitro) est effectuée pas seulement avec l’utilisation des vos propres ovules, mais aussi avec des ovules de donneuse. Qu’est-ce que c’est? Qui sont les donneurs de ces œufs?

Oleg: Il faut noter que la majorité des couples qui s’adressent chez nous ont plus de 40 ans. Dans ce contexte, les chances de concevoir un bébé sont, naturellement, plus faibles en raison du vieillissement physiologique des œufs. Et nous connaissons aussi qu’il existe l’accumulation de diverses mutations dans la cellule humaine, qui peuvent être transmises génétiquement. Notre clinique peut offrir une grande base de donneurs d’ovules (d’ovocytes). Plus de 700 des jeunes femmes qui ont été testées dans notre centre et ont reçu de bons résultats médicales, figureront dans nos listes. Dans Biotexcom, vous pouvez choisir quelques donneurs. Les donneurs passent une stimulation hormonale après laquelle elles ovulent 15-20 œufs.

Olga: Cette procédure, surtout le stade de fécondation des œufs, est effectuée uniquement avec du matériel frais. On ne le gèle pas, car il est prouvé que les chances de fécondation et de développement d’un embryon de bonne qualité sont fortement réduites. Il est important de noter que le médecin contrôle lui-même le processus de stimulation et que la stimulation ovarienne n’est effectuée que conformément aux normes médicales.

Correspondant: Votre clinique propose également un programme de maternité de substitution. Ce sera intéressant et utile pour nous et nos lecteurs de savoir comment tout ça se passe? Quels sont les critères de sélection des mères porteuses?

Oleg: Disons, s’il y a eu déjà une tentative de fécondation in vitro classique avec des ovules de donneur, alors il est logique de proposer la maternité de substitution à ce couple. La condition obligatoire est que le couple soit traditionnellement composé d’un homme et d’une femme et que leur mariage soit officiellement enregistré. Une autre condition est la disponibilité des preuves médicales que la femme ne peut pas tomber enceinte naturellement. Il est important que le donneur et la mère porteuse aient au moins un enfant pour participer à notre programme.

Olga: Nous agissons conformément à la législation ukrainienne: deux tentatives par la méthode classique de FIV, puis par des ovules de donneuse, et enfin – une option de maternité de substitution. Comme c’était mentionné ci-dessus, la mère porteuse doit avoir un enfant, des mauvaises habitudes sont exclues. Un examen détaillé est obligatoire dans notre clinique afin de s’assurer que l’embryon obtenu à partir de l’ovule du donneur et du sperme du mari peut être implanté et se développer normalement.

Oleg: Nos couples ne peuvent pas se voir avec la mère porteuse jusqu’à ce que nous soyons sûrs que la grossesse se déroule bien et qu’il n’y a pas de complications. Ensuite, ils peuvent être présents lors de l’examen de la grossesse de la mère porteuse, pendant l’échographie. Les parents sont constamment informés sur l’état de la santé de leur enfant à naître et de la mère porteuse.

Olga: Nous savons qu’en Roumanie, les médecins sont plus susceptibles de faire une césarienne, par contre nous, nous pratiquons l’accouchement naturel et une césarienne uniquement si le médecin le recommande.

Oleg: Une vidéo où on voit comment les mères porteuses passent la journée et le temps avec nous à la clinique est disponible sur le site officiel de notre clinique. Vous pouvez le regarder.

Olga: Certains couples qui s’adressent à nous veulent un enfant unique, d’autres veulent des jumeaux et certains font recours au choix du sexe. Nous faisons tout.

Correspondant: Wow, vous pouvez même choisir le sexe de l’enfant à naître?!

Oleg: Oui, c’est possible. Si le couple veut une fille, nous transférons les filles. S’ils veulent un garçon – c’est pareil. Ce modèle ne s’applique pas aux jumeaux. Bien que 90% soient des garçons, les filles ont le taux de réussite le plus élevé.

Correspondant: Dites-nous comment se déroule juridiquement le processus de la maternité de substitution? La loi, permet-elle d’inscrire les enfants directement au nom de leurs parents?

Oleg: Dans les documents d’enregistrement, l’enfant n’appartient qu’à un couple. Une mère porteuse n’y paraît pas.

Olga: Selon les lois de l’Ukraine et de la Roumanie, l’un des parents doit avoir une relation génétique avec l’enfant. Le couple doit être officiellement marié, dans l’acte de naissance ukrainien (puisqu’il est né dans le pays où se situe la clinique), le couple est enregistré en tant que parent, quelle que soit leur nationalité. À son tour, la mère porteuse et dans le cas si elle est mariée, son mari et elle même signent le document de refus de l’enfant et que tous les deux reconnaissent les parents génétiques sans réclamer les droits au nouveau-né. Après sa sortie de l’hôpital, la mère porteuse signe un document indiquant qu’elle renonce volontairement aux droits à cet enfant en faveur du couple qui sont des vrais parents de l’enfant.

Oleg: Ensuite, les parents reçoivent un acte de naissance et avec l’enfant qui est un citoyen de Roumanie, peuvent rentrer chez eux, en Roumanie.

Correspondant: Les conjoints, doivent-ils se rendre à l’ambassade de Roumanie en Ukraine?

Olga: Nous accompagnons le couple et récupérons tous les documents nécessaires. Une fois que l’enfant a reçu un certificat de naissance, nous nous inscrivons en ligne à l’ambassade.

Oleg: La réalisation d’un test ADN est également obligatoire non seulement pour la préparation des documents, mais aussi pour les parents eux-mêmes.

Correspondant: Comment ces documents en Ukraine sont-ils conformes à la législation roumaine actuelle? Les enfants de ce couple sont-ils reconnus comme légaux en Roumanie ou d’autres procédures légales doivent être effectuées ici dans le pays?

Oleg: Comme je l’ai dit, pendant que la procédure se déroule sur le territoire de l’Ukraine, la loi de notre pays doit être respectée. Tous les documents ont été traduits et certifiés par un notaire de l’ukrainien vers le roumain. Juridiquement, après la naissance d’un enfant, un couple marié est reconnu comme parent légal et l’enfant comme citoyen roumain. Biotexcom s’occupe de tous les documents nécessaires et de leur traduction.

Correspondant: Ainsi, BIOTEXCOM est une chance pour les couples qui rêvent de leur propre enfant! Quelles sont les chances du succès de PMA, et surtout de la FIV?

Oleg: Bien sûr, nous avons nos données statistiques. Par exemple, en 2019, de janvier à septembre, nous avons atteint 74% du succès dès la première tentative avec les ovules du donneur. Ce qui concerne les ovules des clients, le pourcentage est moindre, ça fait 65%. L’objectif de notre clinique est de faire rentrer un couple chez eux avec un ou deux enfants en bonne santé.

Olga: Nous proposons deux tentatives sur vos œufs. Si vous suivez la procédure sur les ovules du donneur, le nombre de tentatives n’est pas limité, c’est-à-dire jusqu’à la grossesse.

Correspondant: Vous vous situez à Kiev, ce qui signifie que les couples qui s’adressent à vous doivent venir à Kiev? Y a-t-il des traducteurs pour les clients venant de Roumanie?

Oleg: C’est vrai. Tout se passe à Kiev. Nous avons de nombreux départements, dont un qui travaille avec des patients roumains. Nos clients se servent de tous les services de l’entreprise – nous les récupérons à l’aéroport, les logeons, effectuons tous les examens médicaux et aidons à réaliser leur rêve.

Correspondant: Autrement dit, vous hébergez les couples de Roumanie?

Oleg: Oui, tout à fait. Les couples vivent dans des appartements au moins de 50m². Ils disposent d’un pédiatre, de la cour des jeux pour les plus petits, aussi d’une chambre d’enfant, où le bébé peut rester plusieurs heures.

Journaliste: Nous aimons des histoires heureuses! Veuillez nous en raconter une.

Oleg: Oh, je veux vous parler d’une Roumaine qui, avant le Biotexcom, a eu 15 tentatives de fécondation in vitro avec des œufs obtenus en Roumanie, en Grèce et en Espagne. À chaque fois, un échec de grossesse de 7 semaines s’est produit. Lorsqu’ils nous ont découvert, ils ont immédiatement dit qu’ils voulaient demander de l’aide à la mère porteuse, mais puis notre médecin leur a recommandé d’accoucher elle-même. Elle a été stimulée selon notre protocole, après cette procédure on lui a transféré trois embryons. Quelques jours avant le Nouvel An, elle m’a appelé et m’a dit que encore une fois la grossesse avait échoué. J’étais vraiment désolé pour elle. Il y avait toujours un risque de fausse couche. Ils se sont inscrits au programme de maternité de substitution, mais une semaine plus tard, elle m’a rappelé et m’a dit qu’elle était enceinte. Des trois embryons, un est sorti, mais deux autres sont restés. Aujourd’hui, Dana, une mère qui vit à Bucarest, a deux filles en bonne santé âgées de 7 à 8 ans, fabriquées en Ukraine. (Sourire)

Olga: De nombreux couples pensent qu’il n’y a aucune chance, qu’ils ont essayé toutes les options et ils laissent tomber. Il est important de nous faire confiance et suivre les conseils des médecins. Ainsi, tôt ou tard, ils réussiront. Nous signons l’accord seulement dans le cas où le couple a vraiment décidé d’avoir un enfant et en assume toute la responsabilité, se rend également compte du chemin pas si facile à passer.

Oleg: En raison de la demande accrue de septembre à novembre, nous avons arrêté le programme. Les couples vont s’enregistrer à partir de 2020.

Correspondant: Le 3 novembre à Bucarest, vous avez eu une conférence. Quel était son but?

Olga: La conférence était informative et s’adressait aux couples qui ne pouvaient pas se rendre à notre clinique à Kiev. J’ai répondu à des questions comme: Que doit-on faire? Qu’est-ce qui les attend? Ou quel est le temps d’attente?

Oleg: Il était important pour nous de rencontrer en personne des couples qui ont un problème ici en Roumanie, car nous n’y avons pas de bureau de représentation. Plus de 70 couples ont assisté à la salle, et même si nous nous situons près de la Roumanie, il était important pour nous et pour eux aussi de se voir face à face.

Correspondant: Depuis combien de temps Biotexcom travaille avec des couples en Roumanie?

Oleg: Pendant huit ans déjà, environ 1000 couples de citoyens roumains, malgré qu’ils vivent ou pas dans votre pays, se sont adressés à nous pour s’inscrire à des programmes de maternité de substitution et plus de 2500 à un programme de FIV.

Journaliste: En surfant sur le site officiel de votre clinique, nous voyons que des patients du monde entier viennent chez vous. Pouvez-vous nous parler plus à ce sujet?

Oleg: Les Chinois viennent en bus. Ce sont nos patients, la plupart des Chinois veulent des garçons. Oui, nous avons des patients du monde entier. Canada, États-Unis, Chine, Inde, Espagne, Allemagne, Australie, Japon, Portugal, Algérie.

Olga: …du monde entier. Argentine, Brésil.

Oleg: Nous sommes souvent recommandés par les couples qui sont rentrés déjà chez eux avec un enfant. Ensuite, il y avait des informations sur Biotex dans les médias, sur différents sites, dans les journaux ou dans les reportages vidéo de certaines chaînes de télévision bien connues.

Correspondant: À quels problèmes vos patients sont-ils le plus souvent confrontés?

Olga: Soit échec de la première fois, soit la grossesse interrompue.

Oleg: De nombreux couples ne comprennent pas bien ce que cette procédure implique. Ils sont pressés, espérant d’obtenir un résultat le plus vite possible. Mais il faut leur expliquer que s’ils veulent un résultat positif, ils doivent être patients. Nous avons beaucoup de demandes et une grande liste des couples en attente.

Correspondant: Je vous remercie et aussi pour votre temps pour nous parler et, au final, j’aimerais bien que vous disiez quelques mots à des couples qui envisagent de s’adresser à Biotexcom.

Olga: Soyez patients. Si un couple est ému et inquiet, il n’est même pas en mesure de répondre aux questions.

Oleg: Faites-nous confiance. Nous avons un slogan: l’infertilité absolue n’existe pas! Avec nous, vous trouverez la solution optimale beaucoup plus rapidement!

Source:
https://www.desprecopii.com/info-id-24959-nm-FIV-donare-de-ovocite-si-mama-surogat-tot-ce-trebuie-sa-stii-de-la-specialistii-de-la-BIOTEXCOM.htm