logo
  • +33 182-882-976
    +38 (097) 604-10-49
    • 26 MAY 11

    Glossaire

    Asthénozoospermie

    L’asthénozoospermie décrit une mobilité insuffisante des spermatozoïdes. Moins de 50 % des spermatozoïdes sont encore mobiles une heure après l’éjaculation et moins de 30 % sont mobiles 3 heures après l’éjaculation.

    Azoospermie

    L’azoospermie décrit l’absence totale de spermatozoïde dans l’éjaculat.
    Biopsie testiculaire
    Examen chirurgical qui consiste à chercher directement dans les testicules s’il y a des spermatozoïdes.
    Caryotype
    Analyse les chromosomes à partir d’une prise de sang, toute anomalie chromosomique peut entraîner une malformation ou une maladie.

    Procréation médicale assistée

    La procréation médicale assistée ou PMA, également appelée assistance médicale à la procréation (AMP) et procréation assistée médicalement (PAM), est un ensemble de pratiques cliniques et biologiques où la médecine intervient plus ou moins directement dans la procréation. Bien que la confusion soit courante, la PMA ne se réduit pas à la Fécondation in vitro (FIV, ou FIVETE pour « fécondation in vitro et transfert d’embryon »), qui n’en est qu’une des méthodes. Le clonage humain n’est juridiquement pas considéré comme faisant partie des technologies de PMA. 

    Fécondation in vitro

    Injection intracytoplasmique de spermatozoïdes (ICSI) à l’aide d’une pipette dans un ovule (don-ovocyte.com) retenu par une pipette de succion.

    La fécondation in vitro (FIV) est une technique de procréation médicalement assistée et de transfert d’embryon (fivete). En 2007 alors que 15 % environ des couples ont des difficultés à faire des enfants, 2% environ des bébés des pays riches sont issus de la fécondation in vitro, imaginée et mise au point dans les années 70 et opérationnelle à partir des années 1980.

    Insémination artificielle

    L’Insémination artificielle est une technique de procréation assistée consistant à placer du sperme dans l’utérus sans qu’il y ait de rapport sexuel.

    Fécondation

    La fécondation, pour les êtres vivants organisés, est le stade de la reproduction sexuée consistant en une fusion des gamètes mâle et femelle en une cellule unique nommée zygote. Elle a été observée et décrite pour la première fois par Gustave Adolphe Thuret en 1854 chez l’algue brune Fucus.

    La fécondation permet le passage de deux cellules haploïdes, c’est-à-dire les gamètes, en une cellule diploïde qui est le zygote.

    Procréation médicale assistée

    La procréation médicale assistée ou PMA, également appelée assistance médicale à la procréation (AMP) et procréation assistée médicalement (PAM), est un ensemble de pratiques cliniques et biologiques où la médecine intervient plus ou moins directement dans la procréation. Bien que la confusion soit courante, la PMA ne se réduit pas à la Fécondation in vitro (FIV, ou FIVETE pour « fécondation in vitro et transfert d’embryon »), qui n’en est qu’une des méthodes. Le clonage humain n’est juridiquement pas considéré comme faisant partie des technologies de PMA.

    En France, l’Assistance médicale à la procréation a été définie par l’article L.152-1 du Code de la Santé Publique 1. L’A.M.P. fait partie des lois dites de « bioéthique » du 29 juillet 1994.

    Fécondité

    La fécondité est la capacité de se reproduire, qualité de ce qui est fécond. Le terme s’applique d’abord aux êtres vivants.

    Ovocyte

    L’ovocyte est la cellule sexuelle femelle des Métazoaires. Seuls quelques-uns évolueront en ovules après maturation. 

    Ovulation

    L’ovulation est la libération d’un ovule par l’ovaire. Cet événement est très important pour la reproduction, en effet, l’ovule forme avec le spermatozoïde, l’une des deux cellules qui forment l’embryon après leur rencontre. Pour être plus précis, lors de l’ovulation c’est un ovocyte et non un ovule qui est libéré. La différence est due au stade de différentiation de la cellule. L’ovocyte est expulsé à partir de l’un des follicules de De Graaf, représentant l’étape finale du développement folliculaire avant l’ovulation.

    Echographie gynécologique

    L’échographie gynécologique est l’application de l’échographie médicale aux organes pelviens de la femme, en particulier l’utérus, les ovaires, les trompes de Fallope, ainsi que la vessie, le cul-de-sac de Douglas, et tout ce qui peut concerner le pelvis en dehors de la grossesse.

    Cœlioscopie

    La cœlioscopie (prononcer cé-lio-, de cœlio- : ventre, et -scopie : « regarder »), appelée également laparoscopie (de laparo : « paroi » et scopie : « regarder ») est une technique chirurgicale mini-invasive de diagnostic (cœlioscopie proprement dite) et d’intervention (cœliochirurgie) sur la cavité abdominale, de plus en plus utilisée sur l’appareil digestif (chirurgie viscérale), en gynécologie, et en urologie. Elle fait partie des techniques d’endoscopie chirurgicale.

    Des techniques comparables ont été développées en chirurgie thoracique (la thoracoscopie), et en orthopédie (l’arthroscopie).

    L’injection intra-cytoplasmique de spermatozoïdes (ICSI)

    L’injection intra-cytoplasmique de spermatozoïdes (intracytoplasmic sperm injection ou ICSI) est une technique de fécondation artificielle consistant en la micro-injection de spermatozoïdes ou de spermatides (spermatozoïdes immatures) dans le cytoplasme de l’ovule grâce à une micro-pipette. Elle peut aussi être réalisée avec des spermatozoïdes épididymaires recueillis par ponction.

    Elle est indiquée en cas d’oligoasthénospermie majeure, de déficit du pouvoir fécondant des spermatozoïdes, d’absence de réaction acrosomique ou de défaut de reconnaissance ovocytaire. Elle peut être aussi indiquée en cas d’échec de FIV.

    Elle fut d’abord inventée en Belgique, au centre de médecine de la reproduction de la VUB, (1992) et reprise en France par Jacques Testart qui obtint le 1er bébé ainsi conçu en 1994.

    Infertilité

    L’infertilité (ou stérilité) est la difficulté, voire l’impossibilité, à donner la vie. Ceci s’applique aussi bien à un terrain sur lequel toute tentative de culture agricole est infructueuse qu’à un couple qui éprouve des difficultés à avoir un enfant.

    La stérilité est l’incapacité de concevoir naturellement, de porter ou d’accoucher un enfant sain. Il y a plusieurs raisons pour un couple de ne pas être capable de concevoir ou de devoir requérir pour ce faire un soutien médical. Le terme d’infertilité est appliqué à un couple qui ne parvient pas à avoir un enfant après un an de rapports sexuels réguliers, ce qui n’implique pas forcément l’impossibilité de fécondation dans un temps plus long.

    Fécondation in vitro avec ICSI

    La fécondation in vitro avec ICSI consiste en l’injection d’un seul spermatozoïde dans l’ovocyte. L’ICSI impose une préparation spéciale des ovocytes et des spermatozoïdes.

    La couronne de cellules qui entoure l’ovocyte est enlevée pour visualiser l’endroit où va se faire la micro-injection : c’est la « décoronisation ». La capacité des ovocytes à être fécondés est évaluée de manière plus précise. Seuls les ovocytes matures seront micro-injectés. Pour chacun des ovocytes, un spermatozoïde est choisi en fonction de son aspect et de sa mobilité.

    Sous contrôle d’un microscope, le biologiste maintient l’ovocyte avec une micropipette et, avec une autre micropipette, aspire le spermatozoïde sélectionné puis l’injecte à l’intérieur de l’ovocyte. Cette micro-injection est renouvelée pour chaque ovocyte fécondable. Les ovocytes sont ensuite remis dans une boîte de culture dans l’incubateur à 37°C pour les étapes suivantes. La fécondation est ici est directement initiée par la technique.

    Les étapes suivantes sont identiques à celles de la fécondation in vitro classique.

    Blastocyste

    Il s’agit d’un embryon âgé de 5 à 10 jours environ, creusé d’une cavité limitée par de petites cellules (le trophoblaste); sur un pôle sont regroupées des cellules plus grosses (bouton embryonnaire) à l’origine du développement de l’individu. Le blastocyte est d’abord libre dans l’utérus, puis s’implante dans la paroi à partir du 7è jour. 

    Cryoconservation

    C’est l’utilisation du froid intense pour conserver des cellules vivantes durant de longues périodes.

    Cellules germinales

    Ovocytes ou ovules sont des cellules dites «germinales», c’est à dire qu’elles contiennent 23 chromosomes et non 46 comme les autres cellules de l’organisme, dites somatiques. Les spermatozoïdes sont également des cellules germinales puisqu’ils contiennent eux aussi 43 chromosomes.

    Coelioscopie

    Cet examen réalisé sous anesthésie générale permet, en gonflant l’abdomen avec du gaz et en introduisant un système optique relié à une caméra vidéo, de contrôler l’ensemble de l’appareil génital. Au cours de cet examen, une épreuve de perméabilité tubaire est réalisée en injectant un colorant bleu dans la cavité utérine et en contrôlant son passage à travers les trompes. L’intérieur des trompes est parfois visualisé grâce à une mini-optique insérée dans la trompe par le pavillon: c’est une tuboscopie.

    Hémospermie et pyospermie

    L’hémospermie et la pyospermie traduisent respectivement la détection de sang et de pus dans l’éjaculat.

    Hyperspermie et l’hypospermie

    L’hyperspermie et l’hypospermie décrivent respectivement un volume d’éjaculât supérieur à 6 ml et inférieur à 2 ml.

    Hystérosalpingographie

    Cet examen radiographique utilise un produit de contraste qui doit opacifier l’utérus et les trompes. Il renseigne sur la taille, la forme et les contours de l’utérus. Les différents clichés radiographiques successifs doivent en outre mettre en évidence la progression du produit de contraste dans les trompes si elles sont normales. Examen peu ou très douloureuse selon les cas, douleurs ressemblant aux règles.

    Hystéroscopie

    En introduisant un système optique de 3 à 5 mm de diamètre dans la cavité utérine (en passant par le col de l’utérus) il est possible de visualiser les orifices des trompes, les parois de l’utérus et la muqueuse qui les tapisse, et de réaliser des biopsies.

    Nécrozoospermie

    La nécrozoospermie décrit un échantillon ne contenant pas de spermatozoïdes vivants.

    Oligozoospermie

    L’oligozoospermie décrit une concentration insuffisante de spermatozoïdes dans l’éjaculat. On parle d’insuffisance si la concentration est inférieure à 20 millions par ml.

    Spermoculture

    C’est la mise en culture du sperme à la recherche d’agent infectieux.

    Spermogramme ou spermocytogramme

    C’est l’étude de la composition du sperme. Après trois jours d’abstinence, le recueil du sperme se fait au laboratoire, après masturbation, dans un récipient stérile. Un sperme normal comprend différentes caractéristiques dont :

    Volume de 3 ml environ ;
    Nombre de spermatozoïdes supérieur à 20 millions /ml ;
    Mobilité des spermatozoïdes supérieur à 50 % ;
    Formes normales supérieures à 40 % des spermatozoïdes présents.

    Tératozoospermie

    La tératozoospermie décrit une proportion trop faible de spermatozoïdes normaux.

    Test post-coïtal ou test de Huhner

    Le test de Huhner consiste à prélever de la glaire cervicale chez une femme en milieu de cycle, une dizaine d’heures après un rapport sexuel complet non protégé. Il a pour but de vérifier d’une part les qualités de la glaire et l’ouverture du col et d’autre part le nombre et la mobilité des spermatozoïdes présents dans cette glaire. Ce test peut être complété par un test croisé où la glaire de la femme est testée avec un sperme témoin et où le sperme du mari est mis en contact avec une glaire connue pour être normale.